Archive for the 'art & artisanat (expositions)' Category

Sep 24 2019

名残 nagori, la nostalgie de la saison qui vient de nous quitter

Nagori 名残 de Ryôko Sekiguchi   関口涼子

a Japanese poet and translator.

She studied History of Art at the Sorbonne and a doctorate in compared literature and cultural studies at the University of Tokyo. She publishes her books in both French and Japanese and works for institutions like Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Nagori

“Nagori, c’est le coucher de soleil que vous contemplez le dernier jour de vos vacances d’été”. C’est par une image que Ryoko Sekiguchi résume son dernier livre. Il faut dire qu’il n’existe pas de traduction française pour ce terme tout droit venu du pays du Soleil-Levant. Dans Nagori, l’écrivaine évoque le passage des saisons sous le prisme de la mélancolie.”

un mur à Kyôto, déc. 2016

ci-dessous, Fête de la Rivière au Sanctuaire Tsushima (détail) : paravent de la 2è moitié du 18è s., Musée des Arts Asiatiques Guimet, Paris

Sur la Grande Muraille de Chine  à Mutyanyu, nov. 2014

No responses yet

May 28 2019

Japon, mai 2019 : 6/ Tadao Ando sur l’île d’Awaji

 

Se promener dans une oeuvre de l’architecte japonais Tadao Ando est un grand moment … Espace, lumière, perspectives, escaliers, rythmes des lignes adoucies par l’eau omniprésente sous forme de cascades et par les buissons colorés des plantes rares 🌱🏵🌿

Sur l’île d’Awaji, entre Kobé et l’île de Shikoku, Tadao Ando a construit un complexe architectural hors du commun, Yumebutai (le rêve mis en scène) …
Face à la mer, sur une colline dont la terre a servi à construire sur l’eau l’aéroport d’Osaka (Kansai-Osaka), il comprend plusieurs réalisations dont un jardin du souvenir (le jardin des 100 marches, hyakudan-en ) pour commémorer les 6500 victimes du tremblement de terre de Kobé en 1995. Le complexe architectural a été construit sur l’épicentre du séisme. Magnifique.


No responses yet

May 16 2019

Japon, mai 2019 : 3/ Teshima art museum

Photo de Claire Béranger.
(crédit photo Teshima Art Museum)

Ceci n’a rien d’un musée, c’est une expérience zen comme les japonais savent les imaginer et dont on ne sort pas indemne …💧 une expérience hors du temps sur l’ile de Teshima, soeur artistique de Naoshima, en plus sauvage …
l’oeuvre de l’architecte Riyue Nishizawa et de l’artiste Rei Nato nous plonge dans une forme de méditation dont on ressort frais comme après une sieste …

Difficile à résumer sans dénaturer la force évocatrice de cette grotte aplatie,  en béton blanc, apparemment vide et qui peut provoquer à l’entrée une légère déception si, comme moi, on ne sait pas ce qu’on va voir ou vivre …

Au sol, de petits trous d’où sortent des gouttes d’eau qui restent immobiles ou sont parfois animées d’une vie propre … elles  se mettent alors en route pour rejoindre une petite flaque centrale ou bien vont se perdre dans un autre trou …

Sans chaussures, dans le silence et les chants des oiseaux, les visiteurs en nombre réduit marchent avec précaution pour ne pas contrarier les gouttes d’eau, s’assoient, s’allongent, s’endorment même …

l’oeuvre s’appelle Matrix … c’est une expérience sensorielle qui vous chavire !

J’aimerais y retourner quand la pluie ou la neige tombe par les deux grands ouvertures rondes … 💧


                                                                                💧   


Au retour, sur le ‘speed boat’ entre Teshima et Takamatsu, un tourbillon des hélices nous replonge dans le mouvement !

Photo de Claire Béranger.

 

 

No responses yet

Nov 01 2018

Japonismes à Paris (à suivre …)

Le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon en 2018 donne lieu à une floraison d’expositions sous le thème  “Japonismes 2018” à  Paris et en France  … et en particulier Meiji, splendeurs du Japon Impérial au Musée Guimet

http://www.guimet.fr/event/meiji-1868-1912/

Dommage que l’exposition Jakuchu soit finie … pour se consoler, il reste les images et les podcasts

Pour la première fois en Europe, le Petit Palais a exposé les œuvres du peintre japonais Itō Jakuchū, monument de la spiritualité et de l’art au Japon, encore méconnu en Occident.

https://www.franceculture.fr/emissions/lart-est-la-matiere/jakuchu-le-pieux-laic

 

 

No responses yet

Aug 18 2018

London, aout 2018

Quelques jours dans la capitale britannique, toujours stimulante malgré le temps souvent pluvieux et frisquet . Thank you, Ann !

A recommander : London Walks, visites guidées de 2 h, à pied (10£/11€ ou 8£/9€ pour les seniors) sur un thème ou un quartier. Cette fois, j’ai exploré Notting Hill & Portobello et appris faits et potins sur l’histoire de ce quartier branché bohème.

Les musées sont gratuits et magnifiques (mention spéciale à mon favori, le Victoria & Albert Museum). Mais le prix d’entrée aux expositions temporaires est élevé.

 

Montage 1 : calme et beauté à la Tate Gallery         Tate Britain

Sandpipers, Ainmouth, 1933, peinture de Winifred Nicholson

Pelagos, 1946, sculpture de Barbara Hepworth

Les Jardins suspendus de Hammersmith, Victor Pasmore, 1947

Upright form : knife-edge, Henry Moore, 1966, marbre rose

Une mention spéciale à la performance/installation de Anthea Hamilton, intitulée The Squash (= la courge) dans le grand Hall néo-classique de la Tate, tous les jours jusqu’au 7 octobre. Elle a également  pu juxtaposer certaines sculptures en toute liberté anachronique, très rafraîchissante !

#thesquash

 

 

Montage 2 : Greenwich et l’Angleterre maritime

Pour une expérience totale du passé maritime de Londres,  prendre le bateau-mouche Thames Clippers  sur le quai de Westminster (environ 6£/7€) vous met déjà en condition.

Dès l’arrivée, le clipper Cutty Sark trône en majesté sur le quai de la Tamise. Puis Old Brewery (bon fish’n chips), le Naval College et le très pédagogique Musée de la Marine. Enfin, l’Observatoire où se situe le départ du méridien 0 et de l’heure GMT (Greenwich Meridian Time).

Au Musée de la Maritime, l’exposition The Great British Seaside présente des photos de Martin Parr et son regard tendre sur les anglais à la mer.

 

Montage 3 : rich London

Portland Rd, Henry Moore, Harrod’s très fréquenté par les riches clients du Golfe Persique.

No responses yet

Next »