Mar 02 2017

Pékin, novembre-décembre 2016

Published by at 2:30 am under hiver/winter,voyage

Couleurs de Pékin : Au parc Jingshan (belle vue sur la Cité Interdite) le dimanche matin, gaieté des mamies pékinoises qui  aiment revêtir les habits de leur province d’origine pour danser ou chanter les mélodies traditionnelles. Ce qui ne les empêche pas d’apprécier leur smartphone !

 

Même les sacs de ciment ou de gravats mettent une note colorée aux murs de brique grise des hutongs.

 

Place Tian An Men, les drapeaux claquent au vent et les soldats arpentent fièrement cet espace sous les regards émus des chinois de la province … presque 1 km du nord au sud et 500 m en largeur, de quoi être frigorifié quand le vent d’hiver souffle … . La sécurité est telle qu’une nouvelle manifestation comme en 1989 serait impossible (caméras omniprésentes, cars de police stationnés, patrouilles en uniformes, policiers en civil et contrôles scanner des sacs à chaque entrée).

 

Le Centre National des Arts de la Scène ou Opéra de Pékin semble flotter sur sa pièce d’eau.

Il abrite 3 salles de spectacle dans un site qui jouxte la place Tian An Men et a été conçu par l’architecte français Paul Andreu à l’occasion des Jeux Olympiques de 2008.

Sa réalisation a pris 6 ans. L’extérieur est un mélange de verre et de plaques de titane formant une ellipse inspirée par les principes du yin et du yang.

Un autre lieu qu’affectionnent les pékinois pour leur marche du soir, qui l’ont immédiatement baptisé ‘l’Oeuf’ …

 

au NAMOC (National Art Museum of the Capital), une très belle exposition du peintre contemporain Du Ziling inspiré par la population du Sichuan près du Tibet, ses yaks et ses costumes traditionnels.

 

 

Un des nombreux magasins de pinceaux dans le quartier Dashilar, au Sud-Ouest de la porte Qianmen. Il paraît que le Président Obama en a acheté quelques uns ici …

 

Un écolier absorbé dans sa lecture au restaurant de ‘dumplings’ (ravioli) de Mr Shi (quartier des Tours de la Cloche et de l’Horloge). Mais une autre ‘cantine’ locale offre un bien meilleur rapport qualité-prix dans le même quartier, rue Jiugulou (Métro Gulou,  juste avant l’immeuble jaune quand on va vers le nord).

 

Décembre à Pékin : les canards mandarins patinent sur le lac Beihai gelé et les pékinois d’un certain âge (aucun jeune dans l’eau !) se baignent, le tout sous le regard passionné des photographes amateurs.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply