Mar 29 2024

Japon, février 2024 (8/ 8) Kyoto & lac Biwa

Published by under Japon

La boucle est bouclée, la dernière semaine est sous le signe de la pluie et du zig-zag : le 21, marché aux puces du temple To-ji à Kyôto. 2 jours plus tard, retour à Tokyo pour le festival annuel some no komichi dans l’ancien quartier des teinturiers de Tokyo (à suivre dans l’onglet ‘actualités textiles’) et retour à Kyôto pour le 2è marché aux puces du 25 … vive le pass de train ! La pluie battante diminue le nombre d’exposants et fait faire des économies … au sanctuaire Kitano-Tenmangu, la compensation était la floraison des 1500 pruniers vénérables, annoncée par affiche aux portes du temple bouddhiste, pour finir le séjour dans une explosion de fleurs pastel.

Le beau voyage avait commencé dès le lendemain de mon arrivée par une excursion autour du lac Biwa, dans la banlieue nord de Kyoto. Une première journée sous le signe des transports en commun … train, bus puis funiculaire spectaculaire jusqu’au temple Enryoku-ji sous la neige fondue … premier contact avec l’hiver et les transports ponctuels du Japon !

Quelques stations de train local supplémentaires et un bus de plus et c’est le lac Biwa, pour admirer le fameux petit temple Umikido sur l’eau. Il a inspiré nombre de peintres d’estampes et d’auteurs de haïku et on comprend pourquoi. Le voir sous la neige comme dans l’estampe doit être un moment magique …

No responses yet

Mar 26 2024

Japon, février 2024 (7bis/ 8) Fuji 富士山

Published by under Japon

Il en est du Mont Fuji comme d’ autres icônes et merveilles du monde comme le Taj Mahal ou le Grand Canyon … on croit les connaître mais c’est un vrai choc d ‘y être enfin !

Le Fuji-san ne s’est montré qu’après 2 jours de ciel bouché, à la nuit tombante et éclairé par les derniers rayons du soleil. J’étais dans le bus vers ma guesthouse dans la campagne de Kawaguchiko (Lodge Stack Point , un peu rustique mais des hôtes incroyablement sympathiques). Vision si grandiose que je me suis trompée une nouvelle fois d’ arrêt de bus !

Au retour, dans le bus vers le sud et Shin-Fuji, il a consenti à se révéler peu à peu à travers fils électriques et entrepôts. C’était l’occasion de faire la connaissance de Mutsumi, japonaise travaillant dans le New Jersey en visite dans sa famille à Osaka, aussi subjuguée que moi par le Mont Fuji.

A mon 2è retour vers Kyôto, depuis le shinkansen, la vue était parfaitement dégagée et là aussi, à travers des paysages industriels ou urbains intéressants …

Enfin dans l’avion du retour, par un hasard miraculeux et comme un adieu : suite au retard accumulé, les pilotes avaient choisi la route du nord depuis Osaka vers le détroit de Béring et nous avons admiré le Fuji avec émotion …

Un tel lieu a inspiré tant de photographes qu’il existe même une catégorie de ‘photographes du Mt Fuji‘ ! et en particulier Hashimuki Makoto et ses photos exceptionnelles et le pionnier du genre Okada Koyo.

No responses yet

Mar 24 2024

Japon, février 2024 (7/ 8) Kawaguchi et le Mt Fuji

Published by under Japon

En route pour Kawaguchiko et le Mt Fuji avec Julie, canadienne de Montréal (rencontrée à la guesthouse Sawanoya, maison familiale traditionnelle très agréable située dans le quartier de Yanaka qui jouxte le parc Ueno). A l’avenir, j’éviterai la semaine de nouvel an chinois pour ne pas avoir l’affluence de touristes avec de grosses valises … par contre, la météo ne se programme pas et pendant les 2 jours de mon séjour, les nuages ont masqué la montagne mythique et ses 3800 m d’altitude.

L’organisation japonaise est maximale et c’est assez fluide malgré l’attente aux arrêts de bus pour rejoindre les différents sites : accueillir les millions de visiteurs en quête du Fuji chaque année est un défi, surtout pendant les 2 seuls mois d’été où l’ascension du mont est autorisée ! d’habitude, la pagode d’Arakuyama, (15 mn de petit train + 15 mn de marche à pied) est un point de vue réputé, mais cette fois, le magnifique panorama boisé sera sans Fuji …

Pour se réconforter, direction le Musée du kimono dont on nous a beaucoup parlé avec une pause au Momiji-tei, joli restaurant traditionnel à prix très abordables, pour un délicieux hoto.

Le clou de la journée sera ce Musée Kubota du kimono. Le sujet principal qui orne les kimonos d’apparat est le Mont Fuji au fil des saisons … splendeur absolue de ces oeuvres d’art réalisées sur soie gaufrée et plissée selon des techniques anciennes qui représentent un travail de bénédictin (à suivre dans l’onglet ‘actualités textiles’ pour le détail). Combinaison unique de savoirs-faire techniques et de créativité esthétique.

Le lendemain, ciel toujours bouché et pluvieux, mon hôte me conduit au Fujisan World Heritage Center, beau musée moderne dédié à l’histoire, la géologie, la faune et flore du Mont Fuji. Son alter ego à Shizuoka plus au sud, le Fuji World Heritage Centre se distingue par une architecture plus intéressante encore mais les deux présentent la même richesse d’informations.

L’histoire du Mont Fuji retrace les origines du culte que la population lui voue depuis la nuit des temps car il est considéré comme une divinité chez ce peuple animiste. Kawaguchi et Yoshida étaient les 2 villes d’où partaient les pélerins pour se recueillir au sommet à l’apparition de l’astre du jour.

Le onsen yurari fait partie des onsen japonais avec vue imprenable, à 5 mn en voiture de ma guesthouse. Les photos sur internet m’ont permis de voir le Fuji tel que je ne l’ai pas vu … mais les différents bains à 42° sont délicieux quoique un peu chauds pour y rester trop longtemps !

No responses yet

Mar 24 2024

Japon, février 24 (6/ 8) Tokyo 2

Published by under Japon

A Nihonbashi, pratiquement sous le pont historique en cours de rénovation, (illustré ci-dessus par Hiroshige à l’époque Edo) se trouve le petit musée du cerf-volant, kaito museum, rempli de merveilles en papier qui ne demandent qu’à voler …

c’est au 1er étage (qui est le “2nd floor” au Japon) et pour le dénicher c’est plus facile avec google maps > tako no hakubutsukan

Le Musée Hokusai Sumida brille par son architecture futuriste. Une exposition temporaire sur Hokusai et les samouraï m’a permis d’admirer l’immense talent de dessinateur de cette icône de l’estampe.

Une journée très pluvieuse s’annonce et le festival annuel some no komichi (=”petit chemin de la teinture“) commence mal : les tissus de kimono ne seront pas tendus aujourd’hui au-dessus de la rivière dans ce quartier de Nakai/Ochiai qui était jadis le quartier des teinturiers de Tokyo (à suivre dans l’onglet ‘Actualités textiles’).

Je pars donc visiter le Musée Nezu et découvre ainsi le quartier du luxe Omotesando à Harajuku. Le musée est bien caché derrière son rideau de grands bambous qui offre un chemin de transition vers le monde parallèle de l’art et un immense jardin en plein coeur de Tokyo.

Du nom de son créateur, la collection d’art asiatique commencée il y a plus d’un siècle est mise en valeur par l’architecture épurée de Kengo Kuma. Le café offre un moment méditatif grâce aux vues magnifiques sur les points de vue du jardin et un abri bienvenu. Mais même sous une pluie battante, ce jardin vaut la peine d’être exploré avec ses ponts, ses arbres en fleurs …

No responses yet

Mar 21 2024

Japon, février 24 (5/ 8) Tokyo 1

Published by under Japon

Le nord calme et enneigé s’éloigne et c’est avec une légère appréhension que je vais vers Tokyo … appréhension qui va se justifier car je ne me suis jamais autant perdue que dans ce métro, non par défaut de signalétique claire mais à cause d’un excès de panneaux !

Tokyo est une mégapole à plusieurs centres avec gratte-ciels mais dès qu’on quitte les rues centrales, on est sans transition dans de petits quartiers paisibles ou même des parcs, comme le jardin du Musée Nezu en plein quartier d’ Omotesando, quartier du luxe à Tokyo.

Mon quartier de Yanaka jouxte le parc Ueno et ses grands musées : une somptueuse exposition de 150 bonsaï centenaires m’a une nouvelle fois fait oublier l’heure, sans conséquence cette fois.

5 ans d’enseignement sont nécessaires pour devenir un maitre bonsaï et les néo-zélandais sont nombreux à venir étudier au Japon la botanique, l’esthétique et tous les savoirs nécessaires à la création et l’entretien de ces oeuvres d’art vivantes. Ainsi l’accord est parfait entre les mousses, le pot, le support et l’arbre !

Pour compléter cette visite époustouflante, le retour par le parc Ueno dans la lumière qui baisse m’a offert le spectacle des lanternes qui éclairent les allées. L’image rétro-éclairée des estampes d’Hiroshige leur donnent une intensité plus grande et un peu plus loin, un pin aux branches taillées en rond leur fait écho …

A l’ouest de Tokyo, dans un vieux bâtiment d’une coquette banlieue accessible par la ligne aérienne Yamanote, se trouve le Mingeikan ou Musée des Arts Populaires où je comptais admirer le travail d’indigo. Pour faire tourner le fond très riche, il y a 5 expositions chaque année, mais malheureusement les oeuvres exposées en ce moment font la part belle à la céramique et il n’y a que très peu de textiles teints …

No responses yet

« Prev - Next »